twittermyspacefacebookyoutubeinstagram
ATSA, quand l'Art passe à l'Action
Montréal
place des arts
12 au 14 mai 2017


 

AUTOUR DE LA SOUPE | LE CŒUR ET LA TÊTE | PROGRAMMATION ARTISTIQUE
LE COIN DES ENFANTS | LE COURS D'HISTOIRE ! | HORAIRE

La série LE CŒUR ET LA TÊTE propose 25 moments de rencontres et réflexions grâce aux TÉMOIGNAGES prenants et souvent pleins d’humour de personnes réfugiées qui nous livrent leur expérience de vie et aux présentations de type CONFÉRENCES par des spécialistes et intervenants qui ont à cœur et connaissent les défis à relever tout au long de ce processus éprouvant. Plusieurs thématiques d’importance tel la paix, l’intégration, la francisation, l’emploi, l’isolement, les traumatismes y sont abordés et sujets à discussions.

Chaque moment de rencontre est une ouverture à l’Autre pour mieux cuisiner notre ville. Certains témoignages seront accompagnés de lectures, chansons, photos…

 


 

aglaja wojciechowskiAGLAJA WOJCIECHOWSKI

Samedi 14h - Abri # 3
Aglaja Wojciechowski est d’origine suisse, installée à Trois Rivières depuis 60 ans.  À 90 ans, elle continue de raconter son histoire et celle de son mari polonais, survivant de la deuxième guerre mondiale. Le périple de ce dernier commence lors de l’invasion de la Pologne le 1er Septembre 1939. Malgré les efforts de résistance contre l’armée russe à l’est, et l’armée allemande à l’ouest, la Pologne capitule. Zygmunt Wojciechowski est alors prisonnier de guerre et se fait transféré dans une série de stalags, avant de prendre la fuite par une porte de jardin restée ouverte. Il traverse l’Allemagne, la Belgique, la France puis l’Espagne de Franco où il se fait attrapé. Une grève de la faim des prisonniers attire l’attention de la Croix-Rouge qui démantèle le camp espagnol. Zygmunt prétend être Canadien, et va rejoindre les forces britanniques. C’est après la guerre qu’il    rencontre Aglaja, lors de leurs études à Dublin. Quelques années plus tard, il décide d’immigrer au Canada.

Aglaja sera accompagnée de Martin Skorek, Montréalais d’origine polonaise et ami de famille.

 

amine salahAMINE SALAH

Dimanche 15h - Abri # 3
M. Salah est un analyste en intelligence des affaires. Il cumule quelques années d’expériences en innovations, formations et réalisations dans divers domaines, dont l’intelligence des affaires et de l’événementiel. Entrepreneur social, il travaille activement depuis quelques années au développement et à la réussite de la communauté maghrébine au Canada. Il est d’ailleurs cofondateur et président de l’association Mont-Algérie, un incubateur de leadership, inclusif et entrepreneurial qui a vu le jour en 2012. L’association s’est formée après que les membres fondateurs aient constaté les problèmes majeurs auxquels font face les Canadiens issus de la communauté maghrébine de Montréal tel que le taux élevé de chômage (et ce malgré un niveau d’éducation universitaire élevé), la radicalisation et le manque d’engagement et de représentation politique.
En savoir plus : https://www.maghrebins.ca/annuaire/association-mont-algerie/

 

 

carl bouchardCARL BOUCHARD

Vendredi 21h- Abri # 3
Professeur à l’Université de Montréal, j’enseigne un cours d’histoire du pacifisme, le seul du genre au Québec. Comment le rapport à la paix a-t-il changé depuis deux siècles, entre les grandes évolutions intellectuelles et scientifiques du 19e siècle, et la terreur des guerres mondiales qui a assombri le siècle suivant ? Comment le pacifisme confronte-t-il le problème de la violence humaine ? Je souhaite présenter dans mon intervention quelques-unes des idées-forces qui structurent la volonté, dans notre cours, de « penser historiquement » la paix et le pacifisme, comme les notions de « guerre juste » et celle de paix positive/négative.

 

 

 

carlos roldanCARLOS ROLDAN

Vendredi 19h-Abri # 4
Avocat activiste dévoué aux droits de la personne, Carlos Roldan se consacre à des actions humanitaires et implication communautaire dans son pays natal, la Colombie. Il se voit contraint de fuir la Colombie à cause du conflit armé vecu par la Colombie. Établi à Montréal en 2009, il poursuit son engagement pour la défense des droits de la personne au Québec. En 2014, Carlos a obtenu une maîtrise en droit international de l'Université de Montréal. Sa thèse aborde les instruments internationaux de justice en Colombie en tant que pays en situation de conflit armé. Actuellement, Carlos travaille dans un cabinet canadien d'avocats en immigration. 

 

 

Centre Khemara

Dimanche 14 à 17h30- Abri # 4
Du Cambodge au Canada : de l’importance de la transmission

Le Centre Khemara présente trois magnifiques témoignages. Écoutons l’histoire de cette famille cambodgienne-canadienne, celle de Dylayavan Diep, arrivée avec la première vague des réfugiés cambodgiens dans les années 80, de Bibianne Deslandes, sa « maman » de cœur, et de Monivan Chhou, le fils et petit-fils.

Comment Mme Diep, rescapée de l’enfer génocidaire du régime khmer rouge, a-t-elle vécu son arrivée au Canada, à Drummondville, ville québécoise où l’a accueillie sa maman, Mme Deslandes? Comment cette dernière a-t-elle aidé Mme Diep à se re-construire? Comment M. Chhou peut-il aujourd’hui partager son héritage familial à la société d’accueil?

 

CHARLOTTE GUERLOTTÉ ET DÉBORAH GRAUSEM

logo table

Dimanche 14h30- Abri # 4

Jumelage interculturel : explications et impacts (présentation d'une recherche-action)
Le jumelage interculturel rassemble des nouveaux arrivants et des membres de la société d'accueil dans une optique sociale et amicale. Au Québec, environ 25 organismes communautaires opèrent des programmes de jumelage. Comment fonctionnent-ils et quels sont leurs impacts ?
Cette recherche-action sur le jumelage interculturel au Québec avait pour objectifs de documenter les pratiques et de mesurer les impacts du jumelage dans plusieurs organismes au Québec. Des entrevues ont été menées auprès d'intervenants et de participants dans 10 organismes. Les résultats de la recherche se concentrent sur les étapes du jumelage, les impacts du programme sur les jumeaux (participants au jumelage), ainsi que les différentes pratiques et les défis présents dans le maintien du programme de jumelage et dans les relations entre jumeaux.

Par Charlotte Guerlotté (Agente de recherche pour la TCRI, Maîtrise en Anthropologie, Université de Montréal) et Déborah Grausem (Responsable du Volet jumelage à la TCRI)

 

DeniseOtisDENISE OTIS

Samedi 19h30- Abri # 3
Mythes et réalités : un échange avec Denise Otis sur la protection internationale au Canada.

Denise Otis travaille au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés basée à Montréal et est chargée de conseiller le HCR sur la protection des réfugiés au Canada. Elle abordera les questions suivantes afin de démystifier pour tous la situation des personnes réfugiées et pourra répondre aux questions du public sur les mythes et réalités qui entoure leur périple :  Qui sont celles et ceux qui arrivent au Canada pour y demander la protection ? Pourquoi viennent-ils ? Comment viennent-ils ?

 

fabien cishahayoFABIEN CISHAHAYO

Vendredi 20h30 - Abri # 4
Dire l'exil : tracer péniblement son chemin, entre la terre des nôtres et la terre des autres.Fabien est chargé de cours à l’Université de Montréal.

Originaire du Burundi, il est arrivé au Canada en janvier 1993. Détenteur d’un Doctorat en communication de l’Université de Montréal, il est spécialisé en développement international en lien avec les technologies de l’information et de la communication. M. Cishahayo est aussi passionné par les questions reliées aux migrations et à la communication interculturelle. Il est enfin professeur de français langue seconde, à temps partiel, auprès des candidats officiers, à l’École de langues des Forces Armées canadiennes, au sein du détachement de Saint-Jean-sur-Richelieu. Très actif dans les médias traditionnels et dans les médias sociaux, Fabien Cishahayo est l’auteur d’un livre intitulé Liberté, je crie ton nom, publié aux Éditions de l’Intuition en 2005.

 

GRACIA BEYLOUNE et george deeb

Samedi 11h00 - Abri # 4
Gracia Beyloune et son mari George Deeb, récemment arrivés à Montréal comme réfugiés, parleront des raisons qui les ont forcé à fuir la Syrie, de ce qu'elle est devenue pour eux, de leur nouvelle vie à Montréal, de leur francisation...

 

hichamHICHAM Khanafer ET CONVER-STATION

Samedi 17h et Dimanche 16h - Abri # 4
Le Projet Conver-station FM est un projet né d’un financement de Multiculturalisme Canada au Conseil Canadien pour les Réfugiés. Le Centre Social d’Aide aux Immigrant a été l’organisme de soutien à ce projet local de Montréal.  Ce sont 4 jeunes nouveaux arrivants âgés entre 16 et 24 ans ayant trouvé refuge au Québec qui ont présenté des témoignages à la radio et devant des élus sur les difficultés rencontrés dans leur nouveau pays d’accueil.

Ce projet vise à impliquer les nouveaux arrivants dans leur nouvelle terre d’accueil et de leur montrer qu’ils ont les moyens de réussir ici.

 

jonathan durandJONATHAN DURAND

Samedi 17h30 - Abri # 3
Jonathan est réalisateur de documentaires basé à Montréal. Il a passé les sept dernières années à faire de la recherche et filmer un reportage sur sa propre famille polonaise, réfugiée en Afrique de l’Est pendant la seconde guerre mondiale. Le film « Memory is our homeland » sortira cet automne.

 

 

 

kenza bennisKENZA BENNIS

Samedi 13h30-Abri # 4
Journaliste depuis 20 ans, Kenza Bennis est originaire du Maroc où elle a cofondé le magazine Femmes du Maroc, qui revendique plus de droits pour les Marocaines. Après s’être établie au Québec en 1998, elle a été responsable des pages «société» du magazine Elle Québec pendant plusieurs années. Aujourd'hui journaliste indépendante, elle traite un éventail de sujets d’actualité et de thématiques sociales. Elle vient de publier Les monologues du voile (Robert Laffont), un essai sur la réalité des Québécoises musulmanes voilées et les perceptions à leur égard.

 

 

 

ketty nivyabandiKETTY NIVYABANDI

Samedi 12h - Abri # 3
Poète et écrivain engagé, Ketty Nivyabandi milite activement pour les droits de l'homme et  l’état de droit au Burundi. En mai 2015, suite à la troisième candidature du Président Nkurunziza, elle organise des manifestations pacifiques de femmes au cœur de la capitale, sous la répression brutale de la police nationale. Elle sera contrainte de fuir le Burundi par la suite, après une répression sévère contre les voix dissidentes de son pays.

Aujourd’hui réfugiée au Canada, elle continue à sensibiliser l’opinion internationale sur les violations massives des droits de l'homme au Burundi, en particulier envers les femmes. Activiste de la non-violence, Ketty est aussi ambassadrice de «Enfants du Pays » et membre fondatrice du «Mouvement des femmes pour la paix et la sécurité».

 

 

leonce sekamanaLÉONCE SEKAMANA

Vendredi 17h30Abri # 4 et Dimanche midi-Abri # 3
Survivant du tristement célèbre génocide au Rwanda, Léonce Sekamana quitte son pays d'origine dans l'espoir d'oublier les traumatismes vécus dans sa jeunesse et de faire le deuil de la perte des membres de sa famille. Devenu par la suite, nageur olympique, il représente le Rwanda en 2004 lors des Jeux olympiques d’été à Athènes. Fortement impliqué auprès de divers organismes de la diaspora rwandaise, Léonce est aujourd’hui auteur- compositeur à ses heures. Sa devise : célébrer chaque jour le fait d'être vivant.

 

 

photo MarjorieMARJORIE VILLEFRANChE

Dimanche 14h30 -Abri # 10
Québec et Haïti, comment a commencé toute cette histoire?

Juillet 1964 j’arrive au Québec toute seule avec en main un petit papier sur lequel est écrit le nom d’une dame, qui doit m’accueillir à l’aéroport. Je ne connais rien de ce pays, je ne sais surtout pas que je vais y rester toute ma vie.

En 1966 pour la première fois le nom d’Haïti figure dans le registre d’Immigration Canada. On appelle la première vague de 1967-1977 l’exode des cerveaux, illustrant bien la fuite des milliers de professionnels devant la dictature et la répression. Dans les années 70, l’exode des bras amène une nouvelle catégorie d’immigrants haïtiens. Aujourd’hui 105 500 personnes nées en Haïti vivent au Québec. Ils participent au même projet de société et il est permis d’imaginer qu’ils vont jouer un rôle de plus en plus déterminant. Toujours en toile de fond cependant, l’inclusion culturelle, sociale et économique de trois générations de québécois d’origine haïtienne est toujours au cœur de leurs préoccupations.

 

marya zarif je veux jouerMARYA ZARIF, JE VEUX JOUER

Dimanche 13h30 - Abri # 3
Marya Zarif, cofondatrice de "La maison de la Syrie" et de la "Fondation Je veux jouer", vient nous parler de la mission de cet organisme qui imagine et construit des airs de jeux dans les camps de réfugiés et de déplacés en Syrie. En faisant le pari de « La joie contre la guerre » la Fondation et ses partenaires considèrent les jeunes syriens réfugiés avant tout comme des enfants, mais aussi comme les porteurs d'un avenirs de paix pour la région. Malgré leurs conditions de vie dramatiques, leur but est de leur offrir des parcelles d’enfance qui leur permettront de jouer, de rêver, de s’épanouir malgré tout, dans la dignité.

https://www.jeveuxjouersyrie.org

En collaboration avec
logo maison syrie

 

MoyadMOYAD ALMARZOKI

Dimanche 14h30- Abri # 9
Je m'appelle Moyad Almarzoki, un réfugié Syrien amoureux du français. Je suis diplômé en littérature anglaise (prof d'anglais/traducteur/intérpréte).  Je suis venu au Canada à Saskatoon le 11 février 2016, et ici à Montréal le 11 mars. J'ai dû fuir la guerre dans mon pays pour éviter d'avoir à combattre dans l'armée. Je suis un objecteur de conscience! J'ai dû laisser ma mère et 5 soeur là-bas...
J'ai appris le français pendant un an et 3 mois! et cela a été un grand moteur de mon intégration ici à Québec.
Pour Cuisine ta ville, je serai aussi celui qui accueillera les familles participantes au "Party de Cuisine". À mon tour de vous accueillir !

 

myra et tania

Myra Deraîche et Tania Longpré

Dimanche 13h - Abri # 4
Jumelages interculturels : pour la francisation et l’intégration

Des cours de francisation sont offerts aux nouveaux arrivants au Québec. Malgré tout, certains intervenants constatent que les immigrants ont peu d’occasion de pratiquer le français et de rencontrer des Québécois francophones. Dans cette perspective, des projets de jumelages interculturels sont organisés dans des établissements.  Ces jumelages sont des rencontres entre des francophones et des nouveaux arrivants pour favoriser les contacts interculturels et l’échange sur la culture d’ici. Deux enseignantes de français auprès des immigrants viennent témoigner de leur expérience professionnelle et de leurs projets de jumelages interculturels.
Myra est de l'École de langues de l’UQAM et Tania de la Commission scolaire de Montréal.

 

nadia el mabroukNADIA EL-MABROUK

Samedi 18h30 - Abri # 4
Nadia El-Mabrouk est d’origine Tunisienne, professeure à l’Université de Montréal. Le 4 avril dernier, avec une soixantaine de signataires dont une grande partie originaire de pays musulmans, elle a publié une lettre parue dans La Presse intitulée Faire partie d’un « nous » rassembleur. Cette lettre est un cri du cœur appelant nos dirigeants à prendre les bonnes mesures pour favoriser l’insertion socio-professionnelle des immigrants, sans exacerber les antagonismes entre les québécois de diverses origines. Les signataires veulent être reconnus en tant que citoyens et non en tant que membres de groupes religieux ou ethnoculturels. Ils estiment que seule une véritable laïcité peut favoriser l’inclusion de tous, la cohésion sociale et le rapprochement interculturel. Le groupe trouve important d’ouvrir un dialogue empreint de compréhension mutuelle afin de bâtir une société où les nouveaux arrivants se sentent accueillis et soutenus et où la société d’accueil se sent respectée et appréciée. 

 

papy mbiwitiPAPY MAURICE MBWITI

Samedi 16h -Abri # 3
Comédien - Auteur - Metteur en scène et Directeur de théâtre, Papy est un artiste très engagé dans les questions citoyennes et de droits de l’homme à travers ses textes, son théâtre et ses actions dans un contexte de confiscation de la parole et de limitation des droits: engagement qui lui coutera son départ de sa terre natale. Pendant plus de dix sept ans, il exerce et pratique du théâtre d’intervention sociale et citoyenne, à travers la compagnie théâtre les Bejarts, un programme d’éducation civique par le théâtre et le cinéma. Véritable militant de la liberté d’expression : Papy considère le théâtre comme espace par excellence d’expression démocratique

 

PaulClarkePAUL CLARKE

Samedi midi - Abri # 4
Action Réfugiés Montréal aide à l’accueil de réfugiés dans la métropole depuis plus de 20 ans. La présentation traitera des enjeux vécus par les demandeurs d’asile, les réfugiés parrainés et aussi des personnes qui sont sans statut. Nous proposerons des façons pratiques d’inclure la population dans l’aide aux réfugiés afin d’assister à leur arrivée et à leur intégration.

 

philippe ducrosPHILIPPE DUCROS

Vendredi 19h30 - Abri # 3 et samedi 15h - Abri # 4
En 2004, j’ai fais une résidence d’écriture à Alep, en Syrie. Vous dire comment c’était beau à l’époque… Je voulais parler de la Palestine, de son occupation. Et ma vie a changée. Tout ça m’a mené 6 fois au Proche-Orient, en Palestine, en Israël, au Liban et en Syrie. Et les camps de réfugiés palestiniens qui y pullulent… Ça m’a aussi mené en Éthiopie dans le camp de réfugiés somalien Kebribeyah, et en République démocratique du Congo, dans le camp de déplacés internes Mugunga 3. C’est de ces marges à nos civilisations que j’ai envie de vous parler, de ces miettes que les guerres laissent derrière elle… Et des liens qu’on a avec eux, en tant que citoyen du Canada, ou de l’ONU. En parler ensemble, de façon conviviale, autour de certains textes que j'ai écris là-bas, autour aussi de photos que j'y ai pris.

Depuis, avec des amis, on parraine une famille de réfugiés syriens, la famille Maksoud. Vous pouvez nous aider en donnant un peu… Pour en savoir davantage :https://www.gofundme.com/ensemble-pour-la-famille-maksoud

 

 pierre jasminPIERRE JASMIN

Samedi 21h - Abri # 3
Pianiste et professeur honoraire à l’Université du Québec à Montréal, Pierre Jasmin siège aux exécutifs de Pugwash Canada et des Artistes pour la Paix,ainsi qu’au comité de direction du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire.  On peut lire ses articles quasi-hebdomadaires dans l’Aut’Journal. Il s,entretiendra avec le public présent de la question suivante: Pourquoi ne pas accorder la priorité à l’aide internationale et à l’ONU, plutôt qu’à la Défense nationale et à l’OTAN ?

 

singaSINGA

Dimanche 19h30 - Abri # 3
Fondé en septembre 2015 par Jasmine Van Deventer, SINGA Québec s’inscrit dans un mouvement citoyen international, ayant pour objectif de créer des ponts d’échange et de rencontre entre les personnes réfugiées et la société d'accueil.

​Depuis notre siège à Montréal, nous oeuvrons à développer les possibilités en matière d’échange entre les personnes réfugiées vivant au Québec et la société civile québécoise autour d'activités sportives, culturelles, des projets d'entrepreneuriat et l'hébergement.

www.singa.quebec

 

photoSylvainThibaultSylvain Thibault  

Samedi 11h - Abri # 1

Sylvain Thibault est responsable du volet de parrainage des réfugiés pour la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes.
Il propose une table ronde pour discuter du parrainage des réfugiés vu de l’intérieur: point de vue d’un parrain et d’un parrainé.  L’arrivée des réfugiés au Québec a déclenché une vague de générosité. De nombreux citoyens se sont portés volontaires pour parrainer des personnes qui leur étaient jusque là totalement inconnues. Au-delà des chiffres et des procédures, regards croisés sur cette expérience de solidarité.

 

veronique harveyVÉRONIQUE HARVEY

Vendredi 18h30 et samedi 17h30 - Abri # 1
Msc, T.S., LMSW, psychothérapeute

Véronique Harvey est travailleuse sociale, psychothérapeute, formatrice et conférencière spécialisée en interculturel et traumatisme. Elle détient une maîtrise en travail social de l’Université de New York, une licence en psychothérapie de l’état de New York et un permis de psychothérapeute de l’Ordre des psychologues du Québec. De 2007 à 2010, elle agit à titre d’African community counselor à Sancturay for Families, un OSBL new-yorkais soutenant les victimes de violence conjugale, dont des femmes immigrantes. Elle revient à Montréal en 2010 pour travailler avec l’équipe de Santé mentale adulte du CLSC sud-ouest de Verdun. Aujourd’hui, Véronique œuvre pour le RIVO où elle intervient auprès des victimes de violence organisée comme les réfugiés.

Atelier « Après le trauma la reconstruction » : Véronique Harvey explique l’impact du trauma lié à la violence humaine—guerre, torture, terrorisme, génocide—et des services aux réfugiés requérant du soutien psychologique.