twittermyspacefacebookyoutubeinstagram
© ATSA
ATSA, quand l'Art passe à l'Action
Paris, France
2004

Biennale de Paris

Échange de devises aura pignon sur rue avec un bureau d’échange de devises identitaires tel Je me souviens, Liberté Égalité Fraternité, etc…
Le passant croyant peut-être y trouver un échange lucratif sera pris au dépourvu.Le ton politique et le style faux-semblant de l’ATSA sera donné. Échange de devises fera ressortir la mémoire de la vie avant et après la CEE, avant et après cette ouverture des frontières en positionnant le passant échangiste au centre de ce mouvement mondialiste. La devise du Québec que nous avons à échanger en est porteuse : Je me souviens. Elle contient sa part de nostalgie et de rêve. Les discussions dans la rue autours de ce bureau d’échange nous apprendront beaucoup sur l’urbanité parisienne, sur la communauté Européenne et plus globalement sur l’évolution de cette identité montante de « citoyen du monde ». Citoyenneté, appartenance, différences, comparaisons, conflits d’identités, alliances sont des mots clés qui guideront nos échanges. 

Pour son déploiement Échange de devises ne comporte qu’une table pliante, des titres de devises imprimés sur de l’argent Monopoli, devise jouet que tout le monde connaît et qui servira de prétexte d.échange pour les deux artistes de l’ATSA, Pierre Allard et Annie Roy.

Nous pourrons facilement changer de position, de territoire urbain étant donné la légèreté de déploiement de l’intervention et expérimenter différents quartiers de la ville et différents lieux ( parcs, centre commerciaux, rue commerçantes, lieux touristiques, banques, sièges sociaux, gares…). 

Nous donnons un premier rendez-vous à midi les 9 et 10 mars devant la bourse de Paris…

 

diaporama

CartePostale ATSA