twittermyspacefacebookyoutubeinstagram
ATSA, quand l'Art passe à l'Action
Montréal
place émilie gamelin
16 au 19 novembre 2017


 

 ACTIVATIONS | SPECTACLES VIVANTS ET PERFORMANCES | EXPOSITIONs | MUSIQUE| PROJECTIONS | ATELIERS| informez-vous

ACTIVATIONS

Ce volet de la programmation concerne les artistes dont l’œuvre est activée grâce à la participation directe du public. Elles sont en constante conversation avec lui et se déploient sur de longues heures. Soyez partie prenante de ces activations qui existent avec et grâce à vous. Un véritable parcours s’offre ici à vous presqu’en continue !

 

Le radis fiscalLE RADIS FISCAL de ATSA, Quand l’Art passe à l’Action (Inédit)
Jeudi 18h : Décâlissage du Radis Fiscal, Place Émilie-Gamelin avec la chorale des Voix Ferrées qui entonera le In Paradisum de Fauré, un moment de pure grâce !

Voici la fable, sans fabulation ! Tout comme les Paradis Fiscaux, le Radis Fiscal est un objet vorace, insatiable. Il a été élaboré par l’humain dans son aspect le plus manipulateur, niant selon tout entendement ses responsabilités envers la société qui le soutient et qui lui permet d’exister, lui fournissant main d’œuvre qualifiée, infrastructures et services de pointes. Il a bouffé tous les petits radis autours de lui, les gardent en son ventre, suspendu au dessus de nous, fier de son pouvoir suprême appauvrissant le bien commun à un point critique, annihilant ses droits fondamentaux…mais le 16 novembre, sur la Place Émilie Gamelin à Montréal, une révolution est en train ! Un évènement extraordinaire se déploiera et le Radis Fiscal sera détruit, ridiculisé sur la place publique et tous les petits radis vitaux pour notre survie pourront reprendre le court d’une économie au service de la population et de son territoire.

Sous chapiteau Banque d’échange : Selfie de Radis à envoyer aux Ministres des finances Bill Morneau et Carlos J. Leitão

Création: ATSA, Quand l’Art passe à l’Action

Réalisation du grand Radis : Alex Jenkins
Réalisation du Radis des Selfies : Cocotom

 

Loops c Beata SzparagowskaLOOP-S OPEN OUTCRY | DÉSORCELER LA FINANCE
Place Émilie-Gamelin

Le laboratoire Désorceler la finance initié par la compagnie belge Loop-s débarque pour la première fois au Québec pour transmettre leur rituel de désenvoutement de la finance nommé « Open Outcry ». Réalisé pour la première fois lors de la Nuit Blanche à Bruxelles en octobre 2017, cette adaptation sera orientée à Montréal sur le désenvoutement des paradis fiscaux. Situé sur un point d’équilibre entre le rituel magique, la performance théâtrale et l’action politique, Open Outcry vise à mobiliser les citoyen.ne.s pour mettre en place d’autres modèles de production et de répartition des richesses.

Place Émilie-Gamelin  |
- Conception des rituels : 13 au 16 novembre | sur la Place
- Transmission avec les artistes : 16 au 18 entre 13h et 16h
- Activation des rituels : Jeudi 16 novembre 18h30 | Vendredi 17 novembre 18H | Samedi 18 novembre 18h30

[ Photo : Beata Szparagowska ]

 

Jte passe un sapin Maggy Flynn c Dare DareJ'TE PASSE UN SAPIN + KIT DE SURVIE AVEC LA STRATÉGIE J’TE VIDE LES POCHES 
Jeudi 16 novembre 17h - 21h
J'te Vide les poches : Vendredi - Samedi - Dimanche: 13h à 16h
J'te passe un sapin : Vendredi - Samedi - Dimanche: 17h à 20h

Maggy Flynn crée des dispositifs comme prétexte à la rencontre. Elle désire insuffler une dose d’absurdité et de ludisme dans la vie des gens tout en abordant des questions bien réelles et parfois très profondes. Le niveau d'engagement est propre à chacun. Pour L'État d'urgence 2017, deux actions sont proposées et se feront à l'aide du camion-bureau. La première J'te passe un sapin offre un kiosque où le service de passage de sapins est offert gratuitement. Différentes techniques de passage de sapin sont proposées ; allant de la calmante à l'énergisante en passant par l'exfoliante et la digestive. Le tout se fera à l'aide d'un sapin artificiel «Made in China» tout en écoutant des histoires d'arnaques qui joueront en boucle diffusées par les mégaphones situés sur le toit du camion. La deuxième action proposée est J'te vide les poches. Chacun et chacune sera invité à entrer à tour de rôle dans le camion afin de vider leurs poches, ce qui donnera un aperçu de la constitution de leur kit de survie du quotidien.

Remerciements: Philsberg, Pépère, Pat, Zbynek, Léopol, Julie et Simon, LODHO, Mila

[ Photo : Dare Dare ]

 

Insolvable Sara Dignard c Aurore DeroutINSOLVABLES (Inédit)
Du jeudi 16 novembre 17h à 21h
du vendredi 17 au dimanche 19 novembre de 15h à 19h

Sara Dignard portera une œuvre textile de Julie-Vanessa Tremblay de Minuit moins cinq, qui lui servira de réceptacle à confidences citoyennes. Elle demandera à ceux qui croiseront sa route de lui confier ce qu’ils voudraient sauver de tout. Ce qu’ils seraient prêts à tout faire pour faire perdurer dans le monde, ce qui leur tient le plus à cœur, mais surtout, ce qui ne s’achète, ne se vend, ne se marchande pas. Leurs confidences seront déposées dans des poches de la courtepointe réinventée qui recouvrira son manteau ou écrites au feutre ou même brodées. L’œuvre sera exposée au banquet final et des confidences seront partagées.

Sara Dignard est née en campagne mais a grandi à Montréal. D’une géographie à l’autre, des fils de tension se tendent et se rejoignent. Toujours, comme des ancrages, la mémoire, la parole citoyenne, le territoire et la transmission. Tous ces lieux où nous nous rassemblons et existons plus haut que la peur.

Sara Dignard idéatrice du projet et poète, Minuit moins cinq et Julie-Vanessa Tremblay, créatrice textile.

Pour en savoir plus : https://saradignard.wordpress.com/

[ Photo : Aurore Derout ]

 

Chateau de cartes Emmanuel Laflamme c Felix RenaudCHÂTEAU DE CARTES,
Activé du jeudi 16 novembre 17h au dimanche 19 novembre 21h_Trottoir de la rue Ste-Catherine

Émmanuel Laflamme
recycle avec humour l'imagerie populaire et crée des scènes fortes de sens qui mènent autant à sourire qu'à réfléchir. À l'image des surréalistes, il conçoit des représentations dont l'impossibilité manifeste capte l'attention du spectateur. Il crée ses œuvres un peu comme un publicitaire qui n'aurait rien à vendre. Conjuguant les références culturelles, il détourne les mythes anciens et modernes pour nous servir son regard sur le monde, à la fois tendre et critique. L'absurde est son terrain de jeu, l'anachronisme est sa spécialité. Emmanuel est né en 1984 à Montréal. Artiste autodidacte, il a travaillé comme designer en dessin animé et collaboré à des projets de publicité, cinéma et jeux vidéo.
Pour en savoir plus : http://www.emmanuellaflamme.com/

[ Photo : Félix Renaud ]

 

Le temps d une Soupe c JF Lamoureux 9LE TEMPS D’UNE SOUPE
Jeudi 16 novembre de 17h à 21h
Vendredi 17_Samedi 18 et Dimanche 19 de 15h à 21h

ATSA, Quand l’Art passe à l’Action présente une édition Paradis Fiscaux de sa mécanique relationnelle, invitant les passants à participer à des duos spontanés de conversations pour réfléchir à la manière dont ces derniers affectent notre vie en commun. L’expérience, scellée par la création de portraits poétiques, prend son sens collectif par leur diffusion dans l’espace public. Chaque déploiement est unique car le menu de conversation offert est composé par les habitants du territoire. Pour Pas d’Radis Fiscaux, un menu spécial Inéquité fiscales et législation de complaisance vous sera offert !

Le Temps d’une Soupe a réalisé à ce jour 2033 portraits poétiques à Montréal, en France, en Autriche et en Angleterre.

Pour en savoir plus : http://www.atsa.qc.ca/le-temps-d-une-soupe-en-tournee

La soupe est offerte par:

logo Bloomfield

 

[ Photo : J. F. Lamoureux ]

 

EXEKO

Trois artistes réactivent leurs propositions avec le public de Pas d’Radis Fiscaux.

Fruits du jour Soufia Bensaid C ExekoFRUITS DU JOUR_le 16 novembre_18h à 21h_ Chapiteau With One Voice_Rue Ste-Catherine
L’artiste Soufia Bensaid invitera les passant.e.s à prendre un stylo et écrire sur un petit drapeau coloré une chose qu’ils ou elles aiment. Ensuite la personne pourra déposer le drapeau sur une corde à linge tendue. Au fur et à mesure, les drapeaux et l’espace plus généralement seront couvert de positivisme, de confidences cathartiques, de réflexions multiculturelles et ous accompagner toute la durée du festival.

 

 

Sil etait une fois Florianne Davin C ExekoS’IL ÉTAIT UNE FOIS_le 17 novembre_14h à 17h_Chapiteau Coopérative_Place Émilie-Gamelin
Les participant.e.s construisent, les un.e.s après les autres, une courte histoire commune (appelée un cadavre) réelle ou inventée, vécue ou fictive, tout en restant cohérente. La personne écrivant une partie du cadavre ne doit pas savoir ce qui a été écrit dans le reste de l’histoire, mis-à-part la phrase précédente. Lors de l’écriture de chaque phrase, il est conseillé de penser systématiquement à une suite possible (sans l’écrire). Il faut également faire attention aux temps utilisés pour que la phrase rédigée puisse se fondre dans l’histoire. Il est possible que les pronoms sujets ou les temps soient modifiés lors de la modération. Les participant.e.s peuvent écrire et parler dans n’importe quelle langue. Outre le français et l’anglais, les participant.e.s doivent noter la traduction de leur phrase.

 

Carto sociale Emmanuelle Jacques c ExekoCARTOGRAPHIE SOCIALE_le 19 novembre_14h à 17h_Chapiteau Coopérative_Place Émilie-Gamelin
Emmanuelle Jacques utilise la cartographie comme prétexte pour amener les gens à parler de leur milieu de vie. Les participant.e.s seront invité.e.s à marquer sur une carte leurs trajets quotidiens, les lieux fréquentés, chéris, secrets, les lieux qui leur font peur, ceux qui sont évités, ceux rêvés ou disparus. La démarche vise à connaître les liens intimes entre la population et le territoire habité. Souvent, des histoires très personnelles se mêlent à la géopolitique locale, des souvenirs, des frustrations, des rêves, des rencontres. Pour marquer la carte, Emmanuelle Jacques met à disposition un ensemble d’estampes qu’elle a elle-même gravés. Il y a quelque chose de spontané, de compulsif dans l’action d’imprimer à l’estampe, quelque chose qui ramène à l'enfance et qui facilite le geste de création.

 [ Photos : Exeko ]

 


 

SPECTACLES VIVANTS /PERFORMANCES


LOOP-S OUTCRY_DÉSORCELER LA FINANCE
Place Émilie-Gamelin

Voir Activation

 

  • carmagnolesqueLA GRANDE CARICATURE CARMAGNOLESQUE DE LA BÊTISE FISCALE
    Jeudi 16 novembre 19h, Place Émilie-Gamelin
    Une création engagée, rebelle et révolutionnaire, tout de théâtre, de cirque et de feu, produit par un collectif de Carmagnole! En primeur pour ATSA, cette dérision de l'absurdité des réalités financières est littéralement jouée par la troupe avec un style enfantin et cartoon, de gros symboles, du spectaculaire et des textes incisif et comiques. On y visite les contrastes francs entre le style de vie opulent du 1%, les réalités du peuple asservi et les modes de vie des privilègie.es des pays « riches ». Acrobaties, théâtre physique, arts du feu et jeux d'enfants sont au rendez-vous, puisqu'à Carmagnole, la liberté de création est encore le meilleur moyen de résistance et le pied-de-nez le plus joyeux à un système capitaliste patriarcal auquel nous n'adhérons pas !
  •  


    Trou noir le choeur en colere Sophie CastonguayTROU NOIR ; LE CHŒUR EN COLÈRE de Sophie Castonguay

    Durée de l’œuvre : 25 minutes | Sur la Place Émilie-Gamelin
    Vendredi 17 novembre 16h30 et 19h00

    Dans Trou noir ; le chœur en colère, des citoyens et des citoyennes se rassemblent à l’intérieur d’un dispositif performatif et scandent, à partir d’une partition sonore, des paroles qui ont besoin d’être prononcées et qui ont besoin d’être entendues. Les voix ici ne sont pas distantes. Elles sont affectées et proposent une proximité critique. L’action s’appuie sur la force du corps social comme entité puissante qu’il s’agit de réapprendre à convoquer pour habiter le monde.

    Sophie Castonguay est une artiste en art contextuel qui réalise des actions visant à soigner l’espace public et à questionner notre façon d’habiter le monde. Elle réalise des fictions d’agora où elle convoque une langue de feu. On a pu voir son travail dans plusieurs centres d’expositions au Québec, au Canada et en Europe. Elle poursuit présentement des études au doctorat en Études et Pratiques des arts à l’UQÀM.
    Pour en savoir plus : http://www.sophiecastonguay.ca/

     

    A humanite variable JQSIÀ HUMANITÉ VARIABLE :
    Gala des 21ième Journée québécoise de la solidarité internationale (JQSI)
    Vendredi 19h30_Grand Chapiteau_Place Émilie Gamelin
                                                            
    Dans le cadre de leur campagne À humanité variable, les journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI), qui réfléchissent, pour leur 21e édition, au rôle de la culture comme outil d’influence politique, ont choisi de faire leur gala lors de la soirée de clôture de Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence. C’est dans une formule cabaret, que le public pourra entendre les artistes Samian, Zuruba, Wapikoni Mobile, Boris, Geneviève Rochette, ainsi que Fred Dubé et Manal Drissi, porte-paroles des 21es JQSI.

     

     

    Certitude GuySiouiDurand c RealCapuano CERTITUDES. L’ALLIANCE
    Samedi 18 Novembre_14H_Grand Chapiteau _Place Émilie Gamelin

    Performance-Exposition de Réal Capuano Artiste Transdiciplinaire & Guy Sioui Durand Sociologue de l’art
    Durée de la performance : 45 Min _

    Pensons à une expédition en canots sur une des rivières aux eaux limpides du Kébeq : lacs, eaux-vives, rapides, chutes, cordelles, portages, campements, contes autour du feu. De nos jours, des sentiers de randonnées aménagés permettent d’aboutir sur des promontoires d’où les marcheurs peuvent voir la beauté, respirer le bon air et ressentir l’esprit des lieux. Mais peuvent-ils « voir le noir ». Pressentir la menace des pipelines? Ils déverseront avec Certitudes leur huile polluante.

    Le photomontage de Réal Capuano et le manifeste l’accompagnant Voir le Noir de Guy Sioui Durand, ont été d’abord présentés dans le quartier Saint-Henri de Tiöti’a :ke (Montréal), puis en territoires amérindiens, et encore cet été, dans le cadre des « Fenêtres qui parlent ». Certitudes s’est fait participative, tantôt grâce à l’intervention graphique des étudiants autochtones, tantôt sur une page blanche devant l’œuvre. Sur la Place Émilie Gamelin, Certitudes proposera une Alliance d’égal à égal. Le collectif Kiuna y sera. Réal Capuano et Guy Sioui Durand aussi pour une performance autour de l’œuvre.

    [ Photo : Real Capuano ]

     

    SynesthesiasSYNESTHÉSIAS D’HIVER
    et si la peinture et la musique échangeaient quelques mots ?
    Dimanche 19 novembre 13h à 16h, chapiteau With One Voice _Rue Ste catherine

    Un artiste peintre et un musicien utilisent pinceaux et instruments pour une discussion en sons et en couleurs. Les Synesthésias sont des performances réunissant un artiste visuel et un musicien qui n’ont jamais travaillé ensemble. À partir de l’association comme principe d’écriture, elles sont le résultat d’une élaboration, visuelle et musicale, commune sur une thématique proposée. Les Synesthésias d’hiver  vous offrent une audition colorée des paradis fiscaux.

    Direction artistique : Sylvie Teste
    Musicien : Erik West Millette
    Artiste peintre : Charles Acek

    Une co présentation ATSA et Les Escales Improbables de Montréal

    [ Photo : Christina Alonso ]

     

    Cabot MajeauQUE FAIRE AVEC 50 $
    Claude Majeau et Sophie Cabot
    Samedi 18 novembre de 18h30 à 20h30_Chapiteau With One Voice_rue Ste-catherine

    Sachant que la valeur de l’argent est relative à la somme de ses avoirs, que représentent 50 dollars pour les participant.e.s à l’État d’urgence 2017? Le temps d’un dessin, les participant.e.s sont invité.e.s à partager leurs expériences, leur vécu à ce sujet. Ces dessins produits sur place seront projetés en direct sur un grand écran. Sous forme de jeu, Claude Majeau et Sophie Cabot souhaitent lancer une discussion, à laquelle sera convié l’ensemble des passant.e.s, sur la valeur de l’argent dans notre société.

    Claude Majeau et Sophie Cabot, artistes en arts en visuels, développent des projets collaboratifs avec et dans des communautés marginalisées. Pour elles, l’art est un lieu de rencontre et d’ouverture vers l’autre. Dans ce projet, elles s’adressent à la population en général.

     

     

    HiddenParadiseHIDDEN PARADISE- répétition publique
    Dimanche 19 novembre_ 14H Grand chapiteau_Place Émilie Gamelin

    Alix Dufresne et Marc Béland, co-créateurs et interprètes

    Aujourd’hui, quand on attend à -20 un autobus, c’est parce qu’il y a le problème des paradis fiscaux", nous dit Alain Denault. Personne ne met en image aussi clairement la corrélation entre l'évasion fiscale, supportée par nos institutions politiques, et les problèmes concrets ancrés dans notre quotidien qui en découlent. À un moment où l'on se sert du glaive de l'austérité pour couper dans des programmes cultuels et sociaux déjà vacillants, il est bon de se rappeler que des milliards nous échappent à chaque année et s'en retournent grossir les poches des mieux nantis.

    Alix Dufresne et Marc Béland proposent une performance qui, certes, dénonce les torts causés par l'évasion fiscale ici et ailleurs, mais qui questionne aussi notre responsabilité commune par rapport à celle-ci. Le ballet qu'ils exécutent dans des gestes aussi précis qu’absurdes, soulignent le côté dramatique de ce qui nous est divulgué dans l’entrevue, tout en nous ramenant à notre condition de spectateurs et de citoyens, trop immobiles devant le drame qui se joue dans l'arène publique. Puisque nous savons que des bandits en cravate enfreignent les lois que nous nous sommes données ensemble dans un souci de justice et d'équité sociale, puisque cette information est accessible en ligne, à la radio, dans les livres et maintenant sur scène, que faisons-nous encore assis sur notre banc, dans le noir, sans remuer? Et qu'est-ce qu'un spectacle peut bien changer à tout cela? À quoi bon ce geste futile d'apprendre le verbatim d'une entrevue par coeur ? Voilà autant de questions que pose Hidden Paradise, qui se veut une réflexion sur l'absurdité de cette situation et qui remet en question le rôle qu'on joue tous, à notre manière.

  • Pour en savoir plus:
    https://www.behance.net/alixdufresne-theatre
    http://agencemva.com/fr/artistes/marc-beland/
  •  
  • indiscretionspubliques c philippe latourINDISCRÉTIONS PUBLIQUES 2017
    Dimanche 19 novembre entre 15h30 et 17h30_sur la Place Émilie-Gamelin et Ste-Catherine
    Le Théâtre du Ricochet propose l’un des textes des Indiscrétions publiques 2017, le texte « L’enveloppe » écrit par Patrick Allard, qui soulève la question de la corruption et de la collusion entre les compagnies privées et le gouvernement. La mise en scène réaliste et le ton à la fois engagé et humoristique font en sorte que le spectacle est adapté à tous. La courte scène est présentée dans l’espace public où les spectateurs espionnent le dialogue conçu comme un reflet de la société qui les entoure. Une discussion avec les spectateurs suit la représentation afin d’approfondir la réflexion. La représentation a lieu a l’intérieur en cas de pluie.

    Le Théâtre du Ricochet espère, par sa volonté artistique proposée hors-les-murs gratuitement et démocratiquement, marcher dans les pas tracés par l’ATSA aux cours des vingt dernières années. La compagnie s’inscrit dans le panorama montréalais avec la production annuelle des Indiscrétions publiques et a pour mandat d’encourager la réflexion citoyenne ainsi que de soutenir l’accès à l'art pour tous.

    Équipe de création et production
    Auteur – Patrick Allard
    Comédiens – David Blais et Hugo Dulac
    Co-directeur artistique et metteur en scène – Frédéric Jeanrie
    Co-directrice artistique et conceptrice des costumes et accessoires – Sabrina Johnson
    Directrice technique et régisseuse – Clémence Lavigne

  • [ photo : Philippe Latour ]
  •  


     

    EXPOSITIONS

    RENÉ DEROUIN_Impression grand format de RAPACES  C 2

    Sur la Place Émilie-Gamelin avec le texte suivant:

    Extrait: "Ma réflexion sur la société actuelle à travers l’observation des oiseaux me fait découvrir des mondes parallèles, sans scrupule, sans éthique et sans morale, une société de rapaces. Nous comprenons mieux le sens de l’austérité que l’État veut nous imposer, comme si nous étions les coupables, nous les citoyens, de ces abus de la rapacité. Alors que les États nationaux se font dépouiller de leurs pouvoirs et de leur argent, une nouvelle société vient de naître sous nos yeux..."

    Renee derouinNé à Montréal en 1936, René Derouin habite Val-David, dans les Laurentides ; il est le fondateur avec Jeanne Molleur, son épouse des Jardins du précambrien et des Symposiums internationaux d’art in situ. Cet artiste multidisciplinaire progressent au fur et à mesure de ses voyages à partir desquels Derouin sonde l’identité continentale des Amériques, du Nord au Sud. Dès 1955, il se penche sur les cultures précolombiennes et se familiarise avec l’art mural mexicain. Il poursuit ses recherches également dans le Grand Nord québécois. En quête de ses racines, il creuse ainsi l’idée d’américanité, fouillant dans les mémoires culturelles et territoriales, autant les questions de migration et de métissage, d’hier et d’aujourd’hui.

    En plus de ses innombrables expositions au Québec et au Canada et au Mexique, ses œuvres remarquables ont été exposées également en France, aux États-Unis, au Venezuela, en Australie en Suisse en Pologne et au Japon.

     

     

    Frontiere virtuelle c Therese NadeauFRONTIÈRES VIRTUELLES OU RÉELLES, THÉRÈSE NADEAU
    Extraits de différentes périodes de sa pratique, les œuvres présentées proviennent en partie de croquis exécutés dans les années 80/90 dans les lieux publics telles que l’ancienne gare d’autobus Voyageur dont les principaux sujets d’inspiration sont les itinérants. Ce projet est un témoignage des lieux et des gens qui les ont fréquentés à cette époque.

    Née à Edmundston, au Nouveau-Brunswick, et détentrice d’un baccalauréat en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal la pratique de Thérèse Nadeau s’échelonne sur plus de 20 ans, principalement en peinture et entrecoupée d’une production en dessin, en techniques mixtes et en installation. Elle comprend des expositions solos et collectives, notamment à travers le réseau des Maisons de la culture de Montréal, Arts Sutton et le Centre d’exposition de Repentigny et participation soutenue à l’évènement Parle-moi d’amour, de 2001/2003 et de 2009/2017 reflétant sa préoccupation socio-culturelle de la marginalité : une réalité bien urbaine.

    [ Photo : Thérèse Nadeau ]

     

  • RÉAL CAPUANO
  • Voir Performance

     

    Vues de la rue c Mikael TheimerVUES DE LA RUE

    Réalisée par BAnQ en collaboration avec le Musée McCord, cette exposition présente les regards que des personnes en situation d’itinérance ou à risque portent sur Montréal. Inspirées par des documents tirés des fonds d’archives et des collections patrimoniales de BAnQ, leurs œuvres photographiques et narratives sont le fruit d’ateliers animés par BAnQ avec la participation du photographe Mikaël Theimer.

    En collaboration avec l’Accueil Bonneau, La rue des Femmes, L’Itinéraire et le Musée McCord
    Remerciement à Alain McNeil, Cindy Rose, David Curson, Daniel Hyacinthe, Ève, Franc DeGlaive/Mindmonk, Francine Léveillée, Ginette, Manon Fortier, Mostapha Glillah, Mario Alberto Reyes Zamora, Seanna Richards, Vangolet, William Guerrero

    [ Photo : Mikael Theimer ]

     

    Centre Saint JamesLES ARTISTES DU CENTRE DE JOUR ST-JAMES

    Le centre de jour St-James offre un environnement sécuritaire et aidant aux individus qui sont marginalisés ou sans-abri pour leur permettre de vivre une riche expérience en communauté. Le centre a comme objectif d’être un catalyseur pour permettre à ses membres d’exprimer leur créativité, leur compassion et leur empathie. Depuis plus de vingt ans, le centre offre à ses membres un programme d’art qui comprend un atelier ouvert en tout temps. Les artistes membres se rendent à l’atelier du Centre de jour St-James de façon quotidienne délaissant ainsi, pour un grand nombre d’entre eux la rue ou la solitude.

    Le travail présenté dans le cadre d’état d’urgence est une série d’œuvres picturales, peintures et dessins, réalisé par nos artistes-membres dans le contexte du programme d’art.

     

    Metissages urbains ExekoMÉTISSAGES URBAINS DE EXEKO

    Projet de créations artistiques collaboratives et inclusives réalisées par et pour les participant.e.s d'Exeko, les artistes invité.e.s et les citoyen.ne.s rencontré.e.s dans l'espace urbain. Depuis 2013, 23 résidences se sont succédées et ont abouties à la création d’œuvres protéiformes, parfois éphémères. Aujourd’hui les œuvres de 19 résidences sont exposables en formats variés : audio, gravure, photographie, murale, peinture, poésie, vidéo, etc. Des œuvres choisies seront présentées à l’occasion de Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence.

     

     

    David John ToveyFACES OF THE ABUSED, DAVID JOHN TOVEY

     

    Maltraité par soi-même, maltraités par les autres ou maltraité par un système. Nous souffrons tous d'une façon ou d’une autre. Pourquoi avons-nous si peur d'en parler, de l'admettre, de l'accepter ou de combattre la souffrance? L’importante exposition artistique de Tovey est tirée de "My solitude", une exposition de photographies et de dessins au fusain à l'ancien Diorama Arts Centre de Londres. Son travail couvre des sujets tels que la toxicomanie, la santé mentale, l'itinérance, le suicide et la maladie en phase terminale.

    Présentée par ATSA, Quand l’Art passe à l’Action dans le cadre de la conférence With One Voice.

     

     

     

     

    Path with ArtWE ARE ALL HERE

    We are all here (Nous sommes tous ici) est un projet artistique interdisciplinaire, mêlant art visuel, musique et poésie, reposant sur la communauté et créé par Path with Art sur une période de 12 mois. Au printemps de 2016, les étudiants de Path with Art se réunissaient une fois par semaine au Seattle Art Museum. Ensemble, ils ont travaillé avec l'artiste Kristen Ramirez et l’artiste multidisciplinaire de renommée internationale Martha Rosler, en vue d'écrire des poèmes et de les traduire sous forme d’art visuel. Les poèmes sont inspirés par la réalisation que nous jouons tous un rôle crucial dans l'évolution continue de Seattle - que Nous en faisons tous partie. Le résultat a été une série de magnifiques bannières en toiles peintes qui ont été exposées dans le parc Occidental (été 2016). L'ensemble de la communauté a ensuite été encouragée à soumettre d‘autres poèmes sur le même thème, les poèmes gagnants étant aussi illustrés sous forme de bannières. Ces poèmes ont ensuite servi de base à une composition originale créée par d’autres de Path With Art, dirigée par des artistes enseignant à l'Orchestre symphonique de Seattle.

    Présentée par ATSA, Quand l’Art passe à l’Action dans le cadre de la conférence With One Voice.

     

    Invisible peopleINVISIBLE PEOPLE

     

    Tout le monde parle du potentiel qu’ont les médias sociaux de permettre aux moins bien nantis de s’exprimer et d’acquérir de l’autonomie. Mark Horvarth fait en sorte que cela se réalise effectivement. Mark, ou @hardlynormal tel qu’il est connu sur Internet, est un activiste reconnu mondialement qui raconte l'histoire des innombrables sans voix-- ceux qui vivent dans les refuges, les motels, les tentes, dans la rue et sous les ponts d'autoroutes. Sa plateforme, InvisiblePeople.tv est l'un des sites les plus révolutionnaires et racontant les histoires les plus poignantes qu’il soit donné de voir sur le web. Le travail de Mark est extraordinaire non seulement parce ce qu'il aide à résoudre les problèmes systémiques, graves de l'itinérance en détruisant les stéréotypes, mais il aide également des personnes singulières, chaque jour.

    Présentée par ATSA, Quand l’Art passe à l’Action dans le cadre de la conférence With One Voice.

     

     

    Billy McGuinnessFIVE MONTHS OF LOVE & THE MAIN ENTRANCE

    Billy McGuinness est un artiste vivant à Chicago, qui travaille principalement dans l'art participatif basé dans la collectivité, avec des incursions régulières dans le théâtre et la fabrication d'objets. Sa pratique comprend diverses relations de collaboration à long terme, notamment le Red Line Service, qu'il a co-fondé et co-dirige avec l'historienne de l'art et conservatrice Rhoda Rosen, la création d'expériences culturelles pour les habitants de Chicago qui ont vécu l'itinérance ou s’en préoccupent. McGuinness est aussi le fondateur et directeur de Just Art, un engagement à long terme avec la prison du comté de Cook, dans le cadre duquel un groupe de personnes repense et remodèle collectivement l’incarcération à l'intérieur du plus important centre de détention préventive aux États-Unis.
    La toile montrée à Pas d'Radis fiscaux : l'État d'urgence est restée installée pendant cinq mois sur la rampe d'accès de la salle à manger d’une soupe populaire dans le quartier Wicker Park de Chicago. Pendant cette période, environ 18 000 repas ont été servis, 800 douches ont été fournies, et 600 sacs de vêtements ont été lavés, séchés et pliés, gratuitement. Une fois par semaine, des actions en matière de santé mentale, de la gestion des cas de personnes venant consulter, des soins médicaux, et du counseling en matière de toxicomanie étaient offerts.

    Présentée par ATSA, Quand l’Art passe à l’Action dans le cadre de la conférence With One Voice.

    KeysKEYS

    Red Line Service crée des expériences culturelles pour et avec les habitants de Chicago qui vivent l'itinérance ou s’en préoccupent. Collectivement, nous persistons à vouloir démontrer que l'enrichissement intellectuel et artistique commun éveille l’imagination de chacun, encourage à envisager de nouvelles réalités, à y aspirer et à réussir les construire. En partenariat avec des organismes offrant des services directs et avec ceux qui plaident pour l’élaboration de politiques, nous nous efforçons d'ouvrir et d'élargir le dialogue critique au sujet de la pauvreté, de la responsabilité sociale et de la culture. En même temps, nous nous efforçons de stimuler la croissance et le changement pour tous les participants du programme, ceux en transition* comme ceux qui ont un logement, et de transformer les institutions culturelles qui abritent nos programmes. En solidarité, nous travaillons à transformer notre société en une communauté de soutien plus liée, plus aimante.

    *Nous utilisons le mot transition pour affirmer que l'itinérance est un ensemble de circonstances temporaires et non pas un état de santé.

    Cette pièce faisait partie d'une exposition appelée House (prononcé houz, la forme verbale du mot), montée à l'origine à la galerie Weinberg Newton de Chicago à l'hiver 2017.

    Présentée par ATSA, Quand l’Art passe à l’Action dans le cadre de la conférence With One Voice.

     

     

    10ansUrgence MartinSavoie10 ANS D'URGENCE_OEUVRES CHOISIES

    En 2010, ATSA a réunit sous forme d’exposition visuelle pluridisciplinaire plus d’une
    vingtaine d’artistes d’ici, du Canada et de l’étranger qui ont tous en commun d’avoir présenté ou
    conçu une œuvre originale pour l’événement entre 1998 et 2010 et couvrant les champs de la
    vidéo, photographie, dessin, peinture, affiche, film d’archives, bande sonore et installation.

    Nous vous représentons sept de ces oeuvres : Le vaisselier de Patrick Bérubé, la Vélo-Maison de Phil Allard, la peinture de Marie-Claude Pratte, la maquette Architecture de papier de Sérgio Cezar (Bré), la Carte des Territoires des usagers de CACTUS Montréal et leurs pairs avec Mélissa Correia, les peintures sur support non-conventionel des artistes du Centre St-James et de Sylvain Bouthillette, l’Instant Housing de Winfred Baumann(All)

    En savoir plus sur l'exposition originale : http://atsa.qc.ca/10-ans-d-urgence

     


     

    MUSIQUE


    EMRICAL c Mckean PhonsamrethEMRICAL

    Jeudi 16 novembre - 21H

    Emrical, rappeur et artiste hip-hop, est reconnu par une prose engagée et un son qui mélange la musique populaire (folk), des beats électroniques et des traditions musicales issues des Caraïbes. Issu de la diaspora haïtienne, l’artiste connaît et s'inspire des réalités vécues par les enfants d’immigrants qui doivent se battre pour tirer leur épingle du jeu de la quête de solvabilité sociale, économique et politique. Emrical s’inscrit dans une lignée d’artistes urbains qui tentent de donner plus de visibilité à leur art sans en dénaturer le propos. Il présente ses chansons dans un esprit de partage et d’interactions avec le public, en brisant constamment le 4e mur. 

    Il nous présente donc une visite dans le délire d’une personne en proie aux dettes et souffrant de son incapacité à être le reflet des garanties de représentativité et de normes capitalistiques du système. Pour en savoir plus: https ://emrical.bandcamp.com/

    Co-présenté avec MUNDIAL MONTRÉAL

    [ Photo : Mikael Theimer ]

     

    Natation Photo BWNATATION 

    Vendredi 17 novembre 21H
    Natation c’est du rock mouillé, du rock dansant, du rock fluide et entraînant qui veut faire bouger les foules, qui veut faire “shaker” les fesses, dégourdir les jambes, travailler le bas et le haut du corps. Natation c’est un spectacle énergique, toujours de party, mais qui se donne parfois le droit d’un 15 minutes émotif. Natation, c’est un groupe de rock montréalais qui chante en français et en anglais des histoires à la limite des faits vécus et de jusqu’où l’imagination aurait voulu que ça aille. Leur deuxième EP Dive est paru au printemps 2017 et ils travaillent présentement sur leurs prochaines vagues. Pour en savoir plus : http://natation.bandcamp.com

     

    doctor nativo press picDR. NATIVO

    Samedi 18 novembre - 21H
    Doctor Nativo est un des plus excitants talents émergents venant de l'Amérique centrale. Sa musique explore des thèmes de spiritualité Maya, justice sociale et sagesse traditionnelle, ponctué par un son explosif combinant le reggae, cumbia, hip hop, et musique traditionnelle Maya. Son premier album solo, Guatemaya, sortira en 2018 avec Stonetree Records. Pour en savoir plus : https://doctornativo.com

    Co-présenté avec MUNDIAL MONTRÉAL

     


     

    PROJECTIONS

    WAPIKONI MOBILE | LONGS MÉTRAGES | COURTS |

     

  • wapikoni logoWAPIKONI MOBILE_Présence tout au long de l'événement rue Ste-Catherine
  •  Jeudi 17 et Vendredi 17 de 17h à 21h
    Samedi 18 et Dimanche 19 de 15h à 19h

     

    Venez visionner des courts métrages du Wapikoni mobile et visitez ce studio ambulant de création cinématographique et musicale des Premières Nations qui sillonne le Canada depuis 2004 dans le but de développer les compétences artistiques, techniques, sociales et professionnelles de la jeunesse autochtone.

    Organisme social dont les activités sur le terrain contribuent à l’amélioration de la santé globale des jeunes autochtones, le Wapikoni participe aussi à la propagation de la voix de la jeunesse autochtone, de plus en plus forte, en diffusant les œuvres réalisées auprès de différents publics pour les sensibiliser aux enjeux autochtones, mais aussi pour faire connaître une culture riche, encore trop souvent méconnue. Pour en savoir plus : http://www.wapikoni.ca

    LONGS MÉTRAGES

    Une programmation créée en collaboration avec Les RIDM nous propose un film chaque soir à 21h30 sous le chapiteau chauffé de la rue Ste-Catherine.

     

    Le prix a payerLE PRIX À PAYER_16 novembre 21h30 chapiteau rue Ste-Catherine
    de Harold Crooks

    Le Prix à Payer est inspiré du livre La Crise fiscale qui vient de Brigitte Alepin. La finance offshore alliée aux empires de l’économie numérique gruge dangereusement les innovations sociales majeures du 20e siècle : l’impôt progressif, la classe moyenne et le filet de sécurité sociale.
    Le Prix à Payer montre comment les banquiers de la City de Londres ont créé dans les années ’50 un réseau complexe de paradis fiscaux qui, aujourd’hui, met hors de portée des finances publiques plus de la moitié du stock mondial d’argent.
    Notre histoire est racontée par un ensemble exceptionnel d’anciens insiders de la finance et de la technologie qui ont repris leur droit de parole, ainsi que par des journalistes engagés et des militants de la justice fiscale. Tous craignent qu’à défaut de solutions globales cet engrenage pousse le monde occidental dans un mur.


    l etat du mondeL’ÉTAT DU MONDE_17 novembre 21h30 chapiteau rue Ste-Catherine
    Du Groupe Épopée
    en coprésentation avec les RIDM

    Montréal. Ti-Red, à peine sorti de prison, arpente le quartier à la recherche de sa copine. Puis ensemble, ils font la manche. Marco et Rob se défoncent et se prostituent pour quelques dollars. Daguy, artiste et SDF, philosophe dans la tente qui lui sert de maison et rend visite à un ami à peine mieux loti. Les cinéastes les accompagnent longuement dans leurs déambulations urbaines ou dans leurs trips – ce qui parfois revient au même. De jour comme de nuit, la caméra, au plus près des visages, talonne ces personnages en perpétuel mouvement dans un corps à corps des plus physiques. Travaillant chaque chapitre par un montage nerveux, très articulé, le film restitue toute la vitalité et l’énergie sauvage de ce monde "en marge". Entre cinéma-vérité et mise en scène, ce film fait de dialogues et d’errances s’inscrit dans le projet collectif de web-cinéma epopee.me, impliquant des personnes en difficulté. Qui ici crèvent l’écran par leur présence et leur humanité. Une réponse crue et éclatante à toutes les exclusions.
    (Alessia Bottani)


    pouding chomeursPOUDING CHÔMEUR_18 novembre 21h30 chapiteau rue Ste-Catherine
    de Bruno Chouinard
    en coprésentation avec les RIDM
    En présence du réalisateur

    À travers les réflexions des chômeurs à Montréal et en région québécoise, ce documentaire trace un portrait de la situation conflictuelle des chômeurs qui vivent d’énormes difficultés à obtenir leurs prestations d’assurance emploi du Gouvernement du Canada, suite à la réforme du1er janvier 2013. Le film va à la rencontre de Maryse, Stéphane, Colombe, Mme. Cécile et de M. Bérubé qui se font accuser d’être des fraudeurs, des paresseux et des abuseurs du système par Service Canada. Sylvie Therrien, ex-inspectrice du gouvernement, nous parle des subterfuges utilisés par les inspecteurs pour coincer les chômeurs. Un regard et une parole philosophique des chômeurs, des sans voix qui sont empêtrés dans un engrenage infernal, dans un déni de justice face à la machine gouvernementale.

     

    autruiAUTRUI_19 novembre 21h30 chapiteau rue Ste-Catherine
    de Micheline Lanctôt

    Entre un travail dans une firme de sondages où elle ne peut exploiter ses capacités et un père qui songe à accepter un emploi à l'extérieur du pays, Lucie se sent bien seule dans son petit appartement de Montréal. Chaque fois qu'elle revient chez elle, la jeune femme croise le même sans-abri. Un soir d'hiver, voyant qu'il est blessé, elle décide de le recueillir dans sa demeure. En état d'ivresse, l'itinérant ne lui laisse aucun souvenir impérissable, mais il se prend d'affection pour ce lieu chaud et réconfortant. Au fil des rencontres, une relation ambiguë se développe entre ces deux individus.
    Synopsis © Cinoche.com

     

     

    COURTS

    On sen tain 2ON S’EN TAIN
    Sur le trottoir Ste-Catherine_en tout temps

    On s'en tain est un film a vocation dénonciatrice. Il met en scène une lutte des classes modernes à travers le phénomène des paradis fiscaux. Y est opposé une classe élitiste, composé d’hommes d’affaires en tout genre, et une classe moyenne / pauvre a travers un miroir sans tain. Ces premiers exercent leur pouvoir à travers leur vision, ici allégorie du secret bancaire tandis que d’autres subissent une oppression, un enfermement qui font allusion a des restrictions ou des coupures budgétaires.

    Durée : 2 min, en boucle

    Thibaut Quinchon – Écriture et Mise en Scène
    Sandrine Bissonnette – Direction Artistique / Décoration
    Élodie Paquette – Casting / Costumes
    Anne-Claire Antoine – Production / Réalisation
    Thomas Leblanc Murray – Chef Opérateur
    Hippolyte Vendra – Assistant Caméra / Monteur
    Emmanuel Grangé – Éclairage / Assistant caméra
    Maud Sicre - Supervision Post-Production
    Eliane Leclerc - Maquillage

    Pour en savoir plus :
    Ulule : https://fr.ulule.com/on-sen-tain/
    Facebook : https://www.facebook.com/onsentain/

     

    Je ne savais pas que je savaisJE NE SAVAIS PAS QUE JE SAVAIS _ Dimanche 19 novembre_16H30
    Un court de Alexandre Gingras
    Voir dans Informez-vous !

     

     

     

     


     

     

    ATELIERS

    IdAction Exeko c Mikael Theimer 4IDACTION - EXEKO
    Horaire à confirmer

    Depuis 2006, idAction est un programme réflexif d’analyse sociale et de participation citoyenne. C’est une boîte à outil du citoyen pour mieux comprendre la société́ et se doter des outils pour formuler nos pensées. Les objectifs sont multiples :

  • Développer son esprit critique et analyser la société
  • Autodéfense intellectuelle, détecter les manipulations du discours
  • Agir positivement sur la société, à la fois individuellement et collectivement
  • Les ateliers idAction existent auprès des communautés autochtones, dans les écoles, en refuge ou tout simplement dans la rue dans sa version mobile.

    Les ateliers idAction sont basés sur la présomption d’égalité des intelligences. Cela consiste à se positionner dans un dialogue ouvert, d’égal à égal. La stratégie d’Exeko repose sur cinq piliers :

  • La médiation intellectuelle
  • Des contenus vulgarisés, accessibles et transversaux
  • Une démarche interactive
  • Une pédagogie ouverte, co-pensée avec nos participant.e.s et nos partenaires
  • ... et de l'esprit critique, en tout temps!
  • [ Photo : Mikael Theimer ]
  •  

  • BAnQ Atelier c Gabor Szilasi BAnQ 1966Histoire collective du parc Émilie-Gamelin
    16 novembre, 18h-21h
    17 novembre, 14h-17h
  • Atelier de médiation sociale autour des collections d’archives de BAnQ – Vieux Montréal à propos de l’histoire du parc Émilie-Gamelin. Venez découvrir 100 ans d’histoire du quartier en photos, cartes et plans anciens, et venez partager vos connaissances sur l’histoire récente du parc (40 dernières années). Un vox pop (audio et vidéo) sera offert à ceux qui voudront participer à la création d’une « nouvelle archive » d’histoire orale du parc. Cette histoire collective sera diffusée par la suite sous forme de vidéo sur diverses plateformes de communication de BAnQ.
  • Marie-Pierre Gadoua, chargée de projet en médiation sociale, BAnQ
    Daniel Filion, technicien en documentation, centre d’archives BAnQ – Vieux Montréal
    Hyacinthe Munger, technicien en documentation, centre d’archives BAnQ – Vieux Montréal
    Mikaël Theimer, photographe

  • [ Photo : Gabor Szilasi ]
  •  

     


     

    informez-vous

     CONFÉRENCE DE ALAIN DENEAULT


    LA BANQUE D’ÉCHANGE : NOTRE CHAPITEAU ACCUEIL SITUÉ PRÈS DU RADIS FISCAL !

    Plusieurs organismes vous y attendent pour discuter avec vous, vous informer des prochaines actions que vous pouvez poser avec eux. Un poste de lecture avec des livres en consultation ainsi que certains livres des éditions Éco Société seront disponibles.

     

    Ox Echec aux paradis fiscauxOxfam et Le collectif Échec aux paradis fiscaux 
    Jeudi 16 novembre 17H à 22H
    Samedi 18 novembre 13H à 17H à la conférence de Alain Deneault le samedi à 16H

    Collectif Échec aux paradis fiscaux
    http://www.echecparadisfiscaux.ca/
    Facebook : https://www.facebook.com/echecparadisfiscaux.ca/

    Oxfam-Québec:
    oxfam.qc.ca
    Facebook: https://www.facebook.com/oxfamquebec/
    Twitter: https://twitter.com/oxfamquebec

     
    L’AQOCI
    Samedi 17 novembre, organisatrice des Journées québécoises de la Solidarité Internationale (JQSI)_horaire à confirmer

     

    Une monnaie pour montrealUNE MONNAIE POUR MONTRÉAL
    Au bureau d'échange - Horaire à confirmer

    Des radis locaux face aux Pasd’radis fiscaux! Le projet Une monnaie pour Montréal est né du besoin citoyen d’agir et de reprendre du pouvoir sur notre économie et notre environnement impacté par la spéculation et des paradis fiscaux dans notre quotidien. La mondialisation a créé une distance de plus en plus grande dans les échanges commerciaux au point que nous avons perdu la trace et la compréhension du circuit de la monnaie. Une MLC favorise les circuits courts et l’économie réelle, elle enracine les achats des consommateurs sur leur territoire et redonne à la monnaie son sens : un moyen d’échange équitable entre voisins. Plus encore une MLC peut être un levier de transition, de solidarité et d’humanisation.

     A travers des installations ludiques et participatives, le Collectif portera votre parole sur l’argent et vous aidera à démystifier votre relation à la monnaie. Vous pourrez aussi mettre votre créativité au service du mouvement autour de 4 noms choisis pour la future MLC montréalaise.


     

    alainDeneault bestphoto2CARTE BLANCHE À ALAIN DENEAULT_
    SAMEDI 18 NOVEMBRE 16H_Chapiteau WITH ONE VOICE rue Ste-Catherine


    Diplômé en philosophie, Alain Deneault est l’auteur de plusieurs essais, dont Noir CanadaOffshoreFaire l'économie de la haineParadis sous terre«Gouvernance»Paradis fiscaux : la filière canadienneMédiocratieUne escroquerie légalisée et De quoi Total est-elle la somme?. Depuis 2016, il est directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris.

    La lutte aux paradis fiscaux : une question de choix politiques

     

    Alors que nos gouvernements prétendent ne plus avoir d’argent pour financer les services publics comme la santé et l’éducation, tous les ans les États perdent des milliards de dollars d’impôt dans les paradis fiscaux. Il est temps de s’attaquer au cœur du problème : nos choix politiques.

    Conférencier : Alain Deneault, philosophe et auteur de plusieurs ouvrages sur les paradis fiscaux.
    Animation : Érik Bouchard-Boulianne, économiste à la CSQ et ancien coordonnateur du collectif Échec aux paradis fiscaux.

     

     


     

    Je ne savais pas que je savaisDISCUSSION avec Alex Gingras après la projection de
    «  JE NE SAVAIS PAS QUE JE SAVAIS » _ Dimanche 19 novembre_16H30

    Ce projet s’intéresse au processus de création du remix vidéo politique, qui consiste à recouper et recadrer les médias populaires dans le but de créer une œuvre audiovisuelle critique des paradis fiscaux. Les matières premières de ce projet, nommé « productions esthétiques offshores de masses » (Deneault, 2010), consistent en plus d’une centaine d’extraits provenant de films, de romans et de bandes-dessinées qui ont traité des paradis fiscaux dans leurs intrigues. Ceux-ci ont été copiés, coupés, collés, transformés et recombinés dans le but de faire ressortir un discours politique capable de sensibiliser les citoyens aux enjeux de finance offshore.