LA MONTAGNARDE 2024-2025

  • LAURENTIDES

  • 2024-2025

 

Les artistes


Danièle Desnoyers | Gaspard Combes | Elaine Frigon

Appel à projets | ÉvénementsPartenaires 

 

Danièle Desnoyers - Le Carré des Lombes 

 

Crédit photo : Isabelle Rancier 

Figure incontournable de la danse canadienne, Danièle Desnoyers est directrice artistique du Carré des Lombes. Son répertoire, constitué d’une vingtaine d’œuvres, notamment Discordantia, Concerto grosso pour corps et surface métallique, Duos pour corps et instruments, Là où je vis, Dévorer le ciel, Paradoxe Mélodie et Unfold | 7 perspectives, témoigne d’une pratique profondément ancrée sur le mouvement et d’un dialogue riche et constant entre le langage du corps, la musique, le son et l’espace. Depuis plus de 30 ans, son travail, présenté principalement sur les scènes canadiennes et européennes, est traversé par l’idée de rencontres avec de multiples collaborateurs et interprètes parmi les plus marquants de la scène montréalaise.

Plus récemment, la chorégraphe décloisonne sa propre discipline et réalise de multiples projets atypiques tels que le cycle Les Scénographies-Paysages, réalisées dans des environnements naturels. 

La résidence de création à La Montagnarde est une étape de travail pour Les Scénographies-Paysages en Sardaigne, produites par Le Carré des Lombes en partenariat avec Fabbrica Europa (programme européen CRISOL)Tersicorea T.Off/Officina delle arti sceniche, le Centre de production de danse FUORIMARGINE, l’Institut culturel italien (section culturelle du Consulat général d’Italie à Montréal) et Art Circulation.

Chorégraphe : Danièle Desnoyers 

Interprètes : Myriam Arsenault Campbell, Giulia Cannas, Châtelaine Côté-Rioux, Rachele Montis, Nunzia Picciallo, Brontë Poiré-Prest et Elisa Zedda

Documentation photographique : Luc Senécal

Site web Le Carré des Lombes 

Danièle Desnoyers et les interprètes seront présentes à La Montagnarde pour deux périodes du 27 au 30 juin et du 27 au 30 septembre. 


Gaspard Combes

 Crédit photo : Pia Hinz

Gaspard Combes est artiste plasticien. Sa pratique actuelle se focalise essentiellement sur la sculpture dans l’espace public avec une préférence pour les oeuvres in situ et en nature. Ce choix vient renforcer une volonté de démocratisation de l’art ainsi qu’un questionnement du rapport de l’homme à la nature et le déracinement qu’il a opéré. Les esthétiques de l’érosion, du fossile ou de l’architecture viennent ainsi questionner différentes temporalités qui dépassent l’échelle de la vie humaine. Par cela, elles pointent du doigt l’accélération de nos sociétés. Ses oeuvres permettent ainsi de relativiser la fugacité de notre existence avec humour dans une société occidentale où la vitesse imposée nous empêche d’avoir du recul pour se créer une pensée critique et un imaginaire pour de nouveaux récits communs.

Il est diplômé des Beaux-Arts de la Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam (NL). Durant cette formation il a réalisé un échange à l’Ecole de ThéâtreVisuel à Jérusalem (IL). Il avait obtenu auparavant un BTS Design d’espace à l’ESMA de Montpellier. Son travail a été exposé dans de nombreux pays d’ Europe ainsi qu’en Afrique et au Canada. Il a exposé  son oeuvre “Namas Pamus” lors du festival «Passages Insolites» à Québec en 2022. La même année il a prit part à une résidence multidsciplinaire en Tanzanie organisée par le programme UMOJA et soutenu par EUNIC (Instituts de Cultures de l’Union Européenne). À l'hibver 2023, il a exposé en solo à la Galerie Palais (Neuchâtel, CH). Son oeuvre “Homo Stabilis” est actuellement exposée au festival CÔA - Corridor of Arts au Portugal. Sa dernière exposition à date est celle d’une oeuvre temporaire in situ pensée spécifiquement pour le site des Alignements de Carnac en Bretagne, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Site web Gaspard Combes 

Gaspard Combes sera présent à La Montagnarde du 15 août au 15 septembre.


Elaine Frigon 

 

Crédit photo : Elaine Frigon

" Identité, mémoire et univers domestique sont au centre de ma démarche. Mon travail de recherche-création s'intéresse aux liens qui unissent les individus au contexte environnant, construisant des portraits intimes et ludiques. Mes œuvres s’appuient sur des réflexions sur la société et sur la condition humaine, s’inspirant des lieux et des personnes qui m’entourent. Je me suis intéressé aux vêtements en tant que matériaux parce qu’ils constituent une part importante de déchets et qu’ils répondent à ma volonté de limiter l’empreinte écologique dans ma production artistique.  Ils représentent aussi ce que j’appelle des vecteurs de l’identité. Les habits renferment en eux la «petite mémoire», ils nous rappellent quelqu’un en particulier tout autant qu’un type de personne, une époque, un événement. En détournant la fonction des vêtements d’habiller le corps, je leurs donne le pouvoir de métamorphoser les lieux, créant des espaces fantasmés au gré des habits. 

Un de mes corpus de travail consiste à habiller des arbres créant des installations éphémères aux allures cinématographiques. Je me laisse guider par le contexte environnant, la morphologie, l’histoire et la fonction du lieu afin d’en dégager l’âme. La fuite des Mariées se veut tout à la fois séduisante et inquiétante. Les arbres habillés se métamorphosent par le regard du promeneur/promeneuse, en femmes qui accourent vers iel ou qui s’en sauvent selon l’angle de vue. En ce sens, je désire que l’humain perçoivent la relation antagoniste que notre société entretient avec la forêt : une approche paisible axée sur la contemplation vs une conception basée sur l’exploitation. " 

Élaine Frigon a étudié l’architecture et les arts visuels au Québec dans les années 80, puis s’est spécialisée en arts médiatiques à UC-Davis et au San Francisco Art Institute, en Californie. Influencée par ses études en architecture, elle a développé des œuvres axées sur les liens qui unissent le contexte environnant aux individus. Depuis presque quarante ans, elle tisse ainsi des liaisons sensibles entre des personnes, des époques et des lieux. Depuis les années 90, elle a produit plus d’une trentaine de vidéos qui ont été présentées dans divers événements internationaux. Plus récemment, son œuvre S’en Sortir a été présentée sous forme d’installation in situ aux XXVèmes Rencontres Internationales Traverse, France et au Art Space In Gallery, Incheon National University, Corée du Sud.  Elle participe régulièrement à des événements d’art in situ, le plus récent étant Tout autour de nous à Victoriaville. Elaine est aussi impliquée dans le milieu culturel. Elle a été entre autres, coordonnatrice du centre d’artiste La Centrale à Montréal. Parallèlement à sa pratique artistique, elle a enseigné une vingtaine d’années en Arts visuels et médiatiques aux Colleges Lionel-Groulx, Bois-de-Boulogne et Vieux-Montréal.

Site web Elaine Frigon

Elaine Frigon sera présente à La Montagnarde les 28 et 29 septembre. 


appel à projet

Pour la saison hiver printemps 2024-2025, nous sommes à la recherche d'artistes pour venir en résidence à La Montagnarde. La résidence La Montagnarde est au service des artistes et de leurs créations, dans un esprit d’ouverture des disciplines et de flexibilité des besoins. L’appel s’adresse à tout·e artiste de la relève ou accompli·e. Toutes disciplines et toutes formes artistiques sont les bienvenues. La date limite pour postuler est le 15 juin 2024. Pour toute questions vous pouvez adresser vos demandes à coordination@atsa.qc.ca. Plus de détails dans le lien ci-dessous. 

Appel à projets 


Événements

Chaque artiste de la résidence va présenter un atelier et/ou une présentation de son projet à la communauté des Laurentides. Plus de détails bientôt !


Partenaires